L’hiver, cette saison qui distingue nos mousseux du reste du monde.

Entre les vagues de froid intense de –30 °C l’hiver et les canicules de 30 °C en été, c’est ici que le concept de viticulture extrême atteint son paroxysme. Entre la neige, les gels et la courte période de maturation, l’équilibre de la vigne se révèle fragile. Le défi du climat est de taille, mais il en vaut la chandelle. Il confère toutes ses nuances et toute son unicité à nos mousseux nordiques.

La  biodynamie, bien plus qu’une culture, une philosophie.

L a viticulture conventionnelle prend de la terre, sans lui donner beaucoup en retour. La viticulture biologique redonne au vignoble ce qu’elle lui enlève. La viticulture biodynamique nourrit la terre plus qu’elle n’en récolte les fruits. 

Nous traitons notre vignoble comme un être vivant. Rien ne nous préoccupe davantage que d’en maintenir la biodiversité. Chaque soin qui lui est porté est posé dans l’intention d’en faire un écosystème durable et, ultimement, un organisme autosuffisant. Ainsi, 90 % de notre temps est consacré au champ. L’expérience nous a appris qu’un raisin en santé exigeait un minimum d’intervention au chai. Appuyé par des levures indigènes saines, le vin aura tout ce dont il a besoin pour exprimer l’individualité qu’il a mis toute une saison à développer.